Cliquez sur la bannière pour revenir à la page d'accueil
Hornblower C.S. Forester Portraits Vie à bord Marine Divers Contact A propos de = Boutique =
Bounty

Capitaine Sawyer

http://www.cap-horn.be/portrait_f_sawyer.php | 21-09-2017 03:26 | © 1999- N. Grigorellis

Chronique d'une chute inexpliquée

Quand, en 1954, C.S. Forester a écrit le livre Lieutenant de marine, il a eu un vrai coup de génie : il a décidé de raconter l'histoire sous le point de vue du lieutenant Bush ! Cela a une grande importance quant au profond mystère qui va planer sur un événement aussi providentiel qu'inquiétant : la chute du capitaine Sawyer. Pour certains, la cause en semble évidente. Pourtant, c'est un sujet très controversé et longuement débattu sur les groupes de discussions (= mailing lists) anglophones.

Bien que se déroulant en deuxième place dans l'ordre chronologique de la saga, ce roman est en fait le huitième que C. S. Forester a écrit. On y retrouve Horatio Hornblower, lieutenant à bord du Renown, sous les ordres du capitaine Sawyer, un véritable tyran dont le titre de gloire est d'avoir servi à bord du Bounty. C'est là que nous faisons la connaissance du lieutenant Bush qui monte à bord au début du livre. C'est lui qui nous fait le récit des événements. C'est donc par ses yeux que nous pouvons observer Horatio Hornblower, sa clairvoyance, son comportement avec les subordonnés, son intervention en faveur d'un nommé Wellard...

Avertissement

L'ambiance à bord du Renown est épouvantable. Le capitaine Sawyer fait régner la terreur non seulement chez les matelots,  mais également - et surtout - chez ses officiers qu'il s'efforce de dénigrer, ce qui réduit immanquablement leur prestige et leur autorité. Sawyer souffre d'une véritable obsession : il soupçonne ses officiers de comploter contre lui. Et c'est finalement ce qui va arriver, la situation étant devenue véritablemement intenable pour eux.

Lors d'une réunion secrète dans la cale, les officiers sont prévenus par l'aspirant Wellard de l'arrivée imminente du capitaine. Ils se dispersent. Au moment où le capitaine Sawyer fait irruption dans la cale, seuls Hornblower et Wellard s'y trouvent encore. C'est à ce moment que se produit l'inexplicable : le capitaine fait une chute dans l'escalier ! Le lecteur, via les yeux de Bush, ne voit pas ce qui se produit, pas plus que tous les autres protagonistes. Que s'est-il passé ? Est-il tombé ? L'a-t-on poussé ? Le mystère est total. Le fait que ce soit Bush qui le raconte apporte une dimension tout à fait particulière à cet événement, car il est lui-même dans l'indécision la plus complète.

Si vous n'avez pas encore lu cet excellent livre, faites-le et vous l'aprécierez. Si par contre vous l'avez lu, vous serez plus à l'aise pour confronter votre opinion aux différentes théories exposées ci-après.

Quelles sont les possibilités ?

Le capitaine a été poussé par Wellard

Wellard était le souffre-douleur du capitaine Sawyer. Fouetté à diverses reprises sur les ordres de Sawyer, celui-ci lui inspirait une véritable terreur et, probablement, une haîne farouche. Ce sentiment est tout à fait humain dans de telles circonstances. Sawyer utilisait Wellard comme exemple pour bien démontrer aux officiers qu'il avait tous les pouvoirs. Il voulait leur dire :"Voyez ce que je peux vous infliger si je vous attrape à comploter contre moi".

Que savons-nous de Wellard ? Voyons ce qu'on en dit dans le livre.

Chap II : ... les mains de Wellard serraient l'habitacle comme si elles y étaient collées, comme s'il allait falloir le traîner, l'arracher de là par la force.

Chap IV : Wellard intervient lors de la réunion secrète dans la cale pour prévenir les officiers qui risquent d'être pris en flagrant délit. Tandis que les trois autres officiers s'échappent vers l'avant du navire, Wellard accompagne Hornblower vers la soute aux câbles et la batterie basse.

Dans son comportement, on détecte à la fois la peur et l'esprit d'initiative, voire du courage. Ces éléments un peu contradictoires ne suffisent pas pour juger en profondeur le caractère de Wellard et pouvoir en conclure que c'est lui qui aurait poussé le capitaine.

 

Le capitaine a été poussé par Horatio Hornblower

C'est dans les situations vraiment critiques que Horatio Hornblower, qui doute si souvent de lui-même, fait preuve du plus grand esprit d'initiative, de la plus grande efficacité. Techniquement, il n'est pas du tout impossible qu'il ait improvisé la chute du capitaine. Pris de court par son arrivée inopinée, il pourrait avoir pris le risque, car c'en est un - et un fameux -, de provoquer la chute du tyran. Mais il ne pouvait pas prévoir l'état du capitaine après l'accident : mort, blessé ? Qui aurait pu prévoir la prostration du seul maître à bord après Dieu ? Le risque était donc énorme : ce n'était rien moins que la pendaison qui attendait Hornblower en cas d'échec !

Si on se place du point de vue psychologique : Horatio Hornblower était-il capable de commettre ce forfait ? Certains ont avancé qu'il aurait agi pour le bien du navire et de l'équipage, qu'il se serait sacrifié pour restaurer l'efficacité d'un bâtiment de la Royal Navy...

Que nous apprend notre observation du caractère de Hornblower ? Sa morale est-elle vraiment irréprochable ? Bien que doté d'un sens du devoir remarquable, d'un dévouement sans limite, d'une acceptation du sacrifice quand il s'agit d'atteindre un but louable, nous remarquons qu'il fait également parfois preuve d'un peu de faiblesse. Dans Seul Maître à Bord, il est au courant, il accepte, il met pratiquement en scène l'évasion de Doughty, son garçon de cabine! Ailleurs encore, il ne poursuit pas un déserteur. Hornblower ne déroge donc au règlement que par omission volontaire: il lui semble intolérable d'infliger des châtiments corporels, voire la mort, à des matelots par ailleurs méritants, victimes de circonstances qui ne plaident pas en leur faveur.

Coment prendre position ? Ces entorses au règlement que nous découvrons au fil des livres sont-elles suffisantes pour imaginer que Hornblower puisse prendre un risque aussi immense que d'agresser un officier supérieur, fût-ce même pour le bien de la collectivité ?

Wellard et Hornblower sont tous deux responsables

C'est évidemment une possibilité. Si on reprend les éléments des deux scénarios précédents, il n'est pas difficile d'échafauder une théorie qui tienne debout. Pourtant, il ne faut pas oublier le facteur "temps". C'est en effet de façon tout à fait impromptue que le capitaine Sawyer surgit. Pas de temps pour mettre au point une quelconque stratégie ! Par contre, un des deux jeunes gens aurait pu agir et l'autre aurait pu le couvrir, prenant le risque si on découvrait la vérité de passer en jugement comme complice, avec comme seule issue la pendaison !

Le capitaine est tombé tout seul, accidentellement.

A son âge et avec son expérience, le capitaine Sawyer avait pour le moins le pied marin. Une chute dans l'escalier semble difficilement plausible. Pourtant, en tenant un pistolet dans chaque main, dans le feu de l'action, aveuglé par son obsession, dans la pénombre, impatient de mettre la main sur les mutins,... est-il tout à fait impossible qu'il ait fait un faux pas ? Bien que ce soit fort improbable, on ne peut écarter cette hypothèse !



L'état mental du capitaine après l'accident a également été le garant d'un suspense haletant. Ce Forester, quel génie !

Quelques points restent encore obscurs :

 

Gardez également en mémoire cette phrase de Hornblower (chap. V) : "Je préférerais avoir des ennuis pour avoir fait quelque chose que pour n'avoir rien fait du tout !"

Le doute subsiste...