Cliquez sur la bannière pour revenir à la page d'accueil
Hornblower C.S. Forester Portraits Vie à bord Marine Divers Contact A propos de = Boutique =

C.S. Forester est rusé

http://www.cap-horn.be/cs_forester_ruse.php | 19-08-2017 01:47 | © 1999- N. Grigorellis

Marketing et psychologie

Dans les cinq premiers romans de Hornblower, il est suggéré que celui-ci est né au début des années 1780. Pourtant, quand Cecil Scott Forester décide de décrire la jeunesse de Hornblower dans le sixième livre, Aspirant de Marine, il le viellit de cinq ans en faisant coïncider sa date de naissance, le 4 juillet 1776, avec le jour de l'adoption de la Déclaration d'Indépendance des Etats-Unis ! Certains considèrent qu'il s'agit d'une maladresse pourtant, au contraire, il en est probablement tout autrement.

Pourquoi ?

Au début de la Seconde Guerre mondiale (octobre 1939), il était primordial pour les Anglais de conserver les Etats-Unis à leurs côtés en ne blessant pas leur susceptibilité. Cecil persuada le gouvernement britannique de le laisser aller en Amérique pour y écrire de la propagande (romans, films, histoires courtes, articles de presse …). Il n'écrivit donc pas que des épisodes des aventures de Hornblower mais même dans cette matière il fallait faire preuve de psychologie.

Le glissement temporel de la date de naissance de Hornblower était très adroit et avait une double importance. Premièrement, en faisant débuter sa carrière plus tôt il évitait adroitement d'impliquer Hornblower dans la guerre de la Révolution Américaine où les Anglais et les Américains étaient opposés. Deuxièmement, cela allait permettre à Forester de faire débuter la carrière de Hornblower en pleine guerre, le but ultime étant de démontrer à quel point les peuples anglais et américain étaient semblables, avaient les mêmes héros et les mêmes valeurs. Utiliser la date du 4 juillet 1776, date de la Déclaration d'Indépendance, avait donc une grande valeur symbolique rendant par là-même le héros anglais plus sympathique.

Les livres de Hornblower ont été adaptés plus d'une fois au lectorat américain, que ce soit en changeant le titre (Exemple : Retour à bon port = U.S.: "Beat to Quarters" / U.K. : "The happy Return") ou en écrivant carrément un chapitre en plus afin d'obtenir un réel happy end plus conforme avec la mentalité nord-américaine.